Brandberg Nord-Ouest : remontée progressive vers le nord

Publié le par Delphine

Du 1er au 7 août 

Après avoir quitté Windhoek et nos deux pirates préférés, nous filons dans le nord ouest du Brandberg.

 

Bivouac et balade dans le RAVIN DE NUMAS où nous avons encore profité de quelques peintures pariétales ainsi que d'une mue complète de Mamba noir selon notre analyse : un des serpents les plus venimeux, mortel et surtout le plus long.

 

Découverte de l'UGAB RIVER, un énorme lit de rivière plutôt sec en cette période mais pas complètement. La piste est très aléatoire et nous nous perdons dans la végétation de l'Ugab, nous obligeant à rebrousser chemin par une autre piste. Nous apercevons de nettes traces de léopards et d'énormes merdes d'éléphants mais nous ne voyons pas les animaux …

On aperçoit quand même de splendides Grands Koudous mais ils sont impossibles à approcher ni même à photographier, ils s'enfuient souvent immédiatement mais qu'est-ce qu'ils sont beaux !

 

Après avoir changé un pneu tout neuf avec une de nos deux roues de secours (trou tellement grand que irréparable, on n'a pas trop de chance côté crevaison…), nous prenons une piste vraiment ardue mais magnifique pour finalement atteindre GAIS-AS FOUNTAIN. Piste dépaysante mais arrivés à Gai-As, JeanMi reconnaît à peine l'endroit dont il gardait un souvenir inoubliable : l'herbe jaune et sèche recouvre intégralement tous les paysages masquant les dégradés de couleur.

Du coup, les paysages semblent parfois monotones et nous apprenons que la dernière saison des pluies a été tellement humide que la plupart des paysages namibiens sont … jaunes d'herbes sèches … pas de chance !

Nous nous sommes rendus à la source de Gais-As Fountain en fin de soirée pour guetter les animaux qui viendraient s'y abreuver. Nous plantons là, enfermés et camouflés dans la voiture, pendant 2h30 en suant à grosses gouttes … Rien ! Pas même un Springbok … on rentre au bivouac déçus !

 

Après avoir visité les gravures pariétales de TWYFELFONTAIN, nous nous rendons dans l'ABA-HUAB RIVER, où nous pistons désespérément les traces des éléphants du désert sans en apercevoir un seul …

Il fait déjà nuit noire et, dépités, nous décidons d'aller bivouaquer vers un réservoir d'eau. En roulant près du réservoir, nous tombons nez à nez avec un énorme pachyderme en train de manger les feuilles d'un arbres, pas inquiété pour un sou ! La chance nous sourit enfin !

Trop fort, nous l'observons un bon moment d'abord en train de se régaler des feuilles d'un "Maupane Tree"  puis en train de puiser de l'eau avec sa trompe dans le réservoir et la verser délicatement dans sa gueule. De temps en temps il nous regarde et s'asperge d'eau. C'est génial, on a les pleins phares, moteur coupé et fenêtres entrouvertes : l'éléphant est à 15 mètres de nous à peine !

Lorsqu'il part, que se passe-t-il ?? Un second éléphant arrive et nous offre le même spectacle : nous sommes comblés, enfin on rencontre des éléphants sauvages de près, et pas dans une réserve en plus !

Le lendemain, en sillonnant les pistes, nous tombons sur une "famille" de 4 girafes (1 grande, 1 moyenne et 2 petites) que là encore nous observons 3 plombes, je n'en reviens pas de tous ces animaux : enfin !! Les girafes sont très gracieuses et donnent l'impression de courir au ralenti, on vit des moments vraiment remarquables, quelle chance !

 

Nous atteignons ensuite les sources d'eau de WARMQUELLE et nous dormons au camping d'ONGONGO: on y reste 2 jours à se baigner au pied d'une petite cascade, en nageant parfois avec des petites tortues.

C'est dans ce petit coin tranquille que nous croisons la route de Marylina et Georgio, un couple d'italiens (40 ans et 53 ans, ça vous rappelle pas qqn ?) avec qui on sympathise tellement que nous passerons quasiment les 2 semaines suivantes ensemble. Et quelle équipe !

Publié dans Namibie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article